15) Big Bang !

Mona se tenait devant Barbe Grise, qui rugissait et vociférait, espérant effrayer notre intrépide exploratrice. Mais c’était sans connaître Mona, à qui il en fallait un peu plus pour l’effrayer ! Mona comptait intérieurement car elle se souvenait de la longue mèche qu’elle avait allumé dans les cales, et cette mèche allait fatalement finir par brûler entièrement. La conséquence serait sans nul doute explosive ! Toujours est-il que Mona se tenait devant Barbe Grise, nullement impressionnée par ce méchant personnage, et surtout préoccupée par la libération d’Erella la Sirène — qu’elle avait surnommé ainsi à cause de sa belle voix qui l’avait attiré ici, à la manière des Sirènes légendaires…

Barbe Grise s’échappa par une porte dérobée, pensant gagner un peu de temps, mais Mona en profita pour libérer Erella, qui rejoignit prestement le navire pirate de Mona. Et une bonne chose de faite ! Mona s’aventura  à la poursuite de Barbe Grise dans le dédale des ponts (elle n’oubliait pas de compter) et se retrouva sur le pont du navire, où l’attendait non seulement Barbe Grise mais également son équipage pas commode. Aïe. Les choses se corsaient, comme dirait plus tard Napoléon à Waterloo en finissant ses abats, mais ceci est une autre histoire… Toujours est-il que Barbe Grise n’était pas d’humeur à rigoler, et Mona (qui comptait toujours, comme vous vous en doutez) se dit que ça allait peut-être mal finir cette fois-ci.

L’équipage de Barbe Grise se rapprochait petit à petit, l’air menaçant, et Barbe Grise lui-même s’était armé d’un impressionnant tromblon, dont il comptait bien se servir pour éliminer définitivement cette intrépide exploratrice un peu trop embêtante. Mona comptait toujours, mais cette fois-ci elle comptait plutôt ses abatis…

Soudain, une sorte de miracle se produisit. Le soleil, qui brillait dans le ciel bleu, se mit à disparaître progressivement, et d’un seul coup c’est comme si la nuit était tombée complètement en plein jour ! Les méchants pirates n’en revenaient pas, mais Mona n’attendit pas qu’il reprennent leur esprit pour se faufiler entre eux dans la pénombre, passer derrière Barbe Grise en lui donnant une bonne fessée et sauter dans l’océan pour rejoindre son bateau pirate, guidée par le son de la voix d’Erella qui l’attendait en chantant dans cette nuit miraculeuse. Tout en nageant, Mona comptait encore, et cette fois-ci elle savait qu’elle pouvait compter sur sa bonne étoile ! Trois, deux, un… BOUM ! Dans la pénombre de l’éclipse totale de soleil, la longue mèche avait enfin atteint son but : le stock de poudre et d’explosifs entreposé dans les cales. Mona regardait le bateau de Barbe Grise sombrer dans l’océan tandis que la lumière du soleil revenait peu à peu.

Cette fois-ci, Mona l’avait échappé belle, mais avait réussi à sauver une sirène et à botter les fesses de Barbe Grise ! La routine d’une intrépide exploratrice, quoi…

Publicités
Catégories : Exploratrice, Intrépide, Mona | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.