23) Roscoff

Encore toute surprise du nouveau cap pris par le Véroniko, Mona se dit qu’elle aurait sans doute préféré une destination plus exotique, mais finalement, après s’être battue contre tous ces forbans, certainement que la Bretagne serait plus reposante… Et le terrible drapeau rouge, celui que Mona avait hissé de si nombreuses fois et qui signifiait qu’un combat serait impitoyable et sans merci, pouvait rester au placard. De plus, ce retour vers cette destination connue n’empêcherait pas notre pirate de profiter d’une nouvelle bonne aventure, c’est-à-dire une Monaventure !

Toujours sur la dunette, Mona contemplait le sillage de son navire, traversé régulièrement par Yuna la dauphine, qui s’agitait à présent d’une drôle de façon… Mona se rapprocha du bord et quel ne fut pas son émerveillement d’entendre Yuna lui parler distinctement ! Elle lui dit qu’elle la conduisait au large de Roscoff, où elle avait repéré un très vieux galion romain qui gisait au fond de l’eau. Le sang de Mona ne fit qu’un tour ; au diable le Capitaine Brochet et sa carte illisible ! Pour sûr, il s’agissait d’une ancienne épave romaine qui avait coulé au début de notre ère, avec à son bord plus de 5 tonnes de lingots d’étain. C’était un trésor qui faisait rêver tous les pirates du monde, et dont Mona avait entendu parler dans les caboulots de Quiberon. Et c’est finalement Mona et son amie Yuna la dauphine qui allaient le découvrir avant tout le monde… Du coup, Mona se dit qu’elle n’échangerait pas Roscoff contre toute autre destination, aussi exotique soit-elle ! Tel un saumon, le Véroniko effectuait son voyage à contre-courant, de la haute-mer vers les côtes irisées du littoral breton, sous un soleil rougeoyant.

Après quelques jours de mer, Mona avait beaucoup parlé à Yuna, qui lui avait appris qu’elle était une experte de la navigation, et qu’elle savait éviter les mauvais rochers comme personne, ayant été blessée plus jeune par une roche rugueuse, et s’en méfiant comme de la peste depuis. Mais alors que les vents redoublaient d’intensité, ce qui était beau mais fort, la Terre apparut à l’horizon, et Yuna confirma que le trésor approchait. Le seul souci c’est qu’apparemment Mona n’était pas la seule à se rendre sur les lieux… Un navire pirate énorme se trouvait déjà sur zone. Halte-là !, hurla Mona à son timonier. Mona courut de la poupe à la proue, attrapant ses jumelles au passage, tout en ordonnant aux divers flibustiers, corsaires et boucaniers qui  composait son équipage de se tenir prêts au branle-bas de combat. Une fois rendue à la proue du Véroniko, Mona étudia de plus prêt ce navire gigantesque qui lui barrait le passage. L’observant de bas en haut, elle détailla tour à tour les innombrables batteries de canons, la voilure impressionnante, les solides mâts, et son regard se fixa sur le sommet de ceux-ci. Parsambleu !, deux drapeaux flottaient tout en haut. L’un était le Jolly Roger, l’emblème des pirates. L’autre était rien moins qu’un drapeau rouge.

Publicités
Catégories : Exploratrice, Intrépide, Mona | 2 Commentaires

Navigation des articles

2 réflexions sur “23) Roscoff

  1. mona

    c est super que yuna parle avec mona !!!! bise

    Aimé par 1 personne

  2. La suite arrive très vite. Et il va falloir s’accrocher !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.